Cher.es vous,

On me demande souvent comment supprimer une mauvaise habitude. C’est un sujet que j’adore et qui est en réalité beaucoup plus profond qu’il n’y paraît puisque comme le suggère Suzanne Evans :

« The way you do anything is the way you do everything. »

Entre mes différentes lectures, mon expérience personnelle et celle de mes client.es, je suis finalement tombée sur la conclusion suivante : on ne peut changer ses habitudes sans changer son identité. Je m’explique.

4 étapes pour une nouvelle vie

Une habitude est un comportement ou une routine répétée tellement de fois que cela en est devenu plus ou moins automatique. Certaines nous sont largement bénéfiques – du type brossage de dents – et d’autres sont plus discutables – comme la cigarette accompagnant le café ou le scrolling frénétique des réseaux sociaux au réveil.

D’après James Clear, auteur d’Atomic Habits et figure de proue en la matière, 4 étapes sont indispensables pour construire ou détruire une nouvelle habitude :

  1. Make it obvious / invisible (le déclencheur)

Il faut rendre la nouvelle habitude tellement évidente que vous ne pouvez pas passer à côté. Vous voulez faire plus de sport ? Prenez un coach qui vous attendra en bas de chez vous ou placez votre tapis de gym en descente de lit, de telle sorte que vous vous prendrez les pieds dedans dès votre réveil. A l’inverse, si vous ne voulez plus vous gaver de Pépito… Et bien, n’achetez plus de Pépito.

  1. Make it attractive / unattractive (l’envie)

Comme notre Johnny international nous le chantait si bien, il faut provoquer l’envie d’avoir envie. Dans mon exemple : mettez vous une musique ou un podcast que vous aimez dans les oreilles, allumez des bougies, munissez vous de votre legging le plus confortable, peu importe mais trouvez le shot de dopamine pour allumer votre vie.

Une autre technique, un plus poussée, de PNL (Programmation Neuro-Linguistique) est d’associer automatiquement l’habitude à une visualisation. Faire du sport = vous sur la plage avec le corps de J-Lo. Je trouve que ça fonctionne encore mieux à l’inverse. J’ai récemment décidé de limiter drastiquement ma consommation de viande (première source d’émissions de CO2 sur la planète) et je n’ai eu qu’à associer le rayon boucherie aux images de ce qu’il se passe en abattoirs. Hard mais efficace.

  1. Make it easy / difficult (la réponse)

Ici, deux éléments rentrent en compte :

  • l’environnement : le secret de celles qui font preuve de self-control ? Elles limitent au maximum les tentations pour ne pas avoir à y résister. Il faut donc se créer un environnement où il est facile de faire ce qu’il faut et où il est difficile de faire ce qu’il ne faut pas. Donc on oublie les pauses café avec le collègue sympa mais fumeur si on essaie d’arrêter soi-même et on bloque les appels de Dodo si on s’appelle DSK. Le must étant d’embarquer son entourage dans son projet et de se trouver un partenaire de responsabilité à qui on doit rendre des comptes.
  • Les actions “minimes” ou l’idée centrale de la théorie de James Clear : le meilleur moyen de rendre les actions plus réalisables et donc plus faciles, est de les rendre petites, « atomiques ». On pense que les grands succès s’obtiennent avec des prises de décisions à la Daenerys Targaryen. Mais nul besoin de massacrer des villes entières pour atteindre ses objectifs : celles et ceux qui réussissent n’ont pas enchaîné les « gros coups » mais ont appliqué de manière constante et consciencieuse des actions simples – ayant peu d’impact de manière marginale mais puissantes si réalisées de manière régulière. Une progression de 1 % par jour vous permettra d’être 37 fois meilleure dans ce que vous faites en un an. Pensez-y quand vous aurez la flemme de faire vos 10 burpees parce que « ça ne va pas changer la donne ».
  1. Make it satisfying / unsatisfying (la récompense !)

La meilleure partie ! Celle où on se remercie, on se célèbre et on s’octroie un petit plaisir.

Car vous ne sortirez malheureusement pas avec le corps de Teyana Taylor à l’issue d’une séance de 45 minutes d’abdos-fessiers. Et c’est là que se loge la principale friction dans l’adoption d’une nouvelle habitude : il n’y a généralement pas de gains immédiats.

C’est pourquoi il est important de se créer une gratification instantanée. Mon petit déjeuner est toujours plus copieux après une séance de sport car l’idée de manger salé le matin me motive particulièrement. Le fait de suivre ses progrès, notamment de manière visuelle avec les fameuses ✅, est aussi particulièrement satisfaisant. A l’inverse, vous pouvez décider de faire un don à une association ou un parti politique que vous détestez si vous ne respectez pas vos engagements envers vous-même.

ETRE > FAIRE > AVOIR

Tout ce dont je viens de vous parler, c’est très bien mais en réalité inutile sans appliquer le « secret » qui tient en 3 verbes à disposer dans le bon sens.

ETRE ⇒ FAIRE ⇒ AVOIR

Ce paradigme fonctionne pour les habitudes mais appliqué à nos projets et nos entreprises, je trouve qu’il prend vraiment toute sa puissance. Que ce soit un statut, un titre, des 🍑 bombées ou une entreprise florissante, on aimerait posséder immédiatement l’objet de notre désir. Alors que si nous ne l’avons pas encore, c’est que nous ne sommes prêtes ni à l’obtenir, ni à le conserver dans la durée.

Admettons que votre ambition se porte sur votre carrière corporate : si vous êtes propulsée du jour au lendemain à la tête d’une multinationale alors que vous n’avez jamais managé un stagiaire, vous risquez de vous retrouver submergé.e.

C’est pour ça qu’il y a tant de dépressions chez les gagnants des loteries et que près d’un tiers d’entre-eux se déclarent en faillite personnelle dans les quelques années qui suivent. Parce qu’ils ont obtenu des millions sans le cheminement ni les prises de conscience nécessaires pour les accueillir sainement. N’est pas millionnaire qui veut !

C’est pour ça que vous n’arrivez pas à avoir ce corps de rêve malgré des régimes à répétition.

C’est pour ça que vous n’arrivez pas à lancer ou tenir vos projets dans la durée.

C’est pour ça que vous annulez votre participation quelques semaines avant votre semi-marathon par manque de préparation.

Le secret tient en une phrase :

Il faut être avant d’avoir.

La plupart du temps : on pense à avoir > faire > être. C’est en réalité l’inverse. Car la question n’est pas comment faire pour obtenir ce que je veux mais qui dois-je être pour obtenir ce que je désire ?

Pour réussir à faire quelque chose que vous n’êtes encore jamais parvenu à réaliser, il faut travailler votre identité. Ainsi, si vous voulez avoir une entreprise qui cartonne, ne vous concentrez pas sur le comment mais sur qui vous devez être pour diriger une boite en croissance. Certains parlent de « future self », d’autres de « higher self », j’avais moi-même parlé de la « future-moi » dans mes articles précédents mais vous comprenez l’idée : vous en mieux demain. Ainsi,

Vous n’écrivez pas quelques histoires => vous êtes écrivain.e.
Vous ne jouez pas du piano => vous êtes musicien.ne.
Vous ne courrez pas de temps en temps => vous êtes une runneur.se.
Vous n’essayez pas éventuellement de lancer un petit quelque chose => vous êtes entrepreneur.e.

Une grande vision pour des petits pas

Pour que cette méthode fonctionne, vous devez avoir une vision parfaitement claire et spécifique de celle que vous désirez être et réfléchir comme cette femme incroyable… Pour agir comme elle dès maintenant.

Prenez le temps de la visualiser et de répondre aux questions du type :

⇒ à quelle heure se réveille-t-elle ? Comment se comporte-t-elle, s’adresse-t-elle aux gens ? Quelles sont ses valeurs ? Qu’est-ce qu’elle mange ? Comment elle s’habille ? Comment elle s’organise ? A quoi pense-t-elle ?

De manière plus spécifique : est-ce qu’une CEO d’une startup valorisée à plusieurs (centaines de) millions travaille en pyjama sur sa table basse entourée de Playmobil et de Polly Pocket en se gavant de chocolat ?

CLAC. (= claquement de doigt). Déclic. Soudainement, tout n’est que lumière et votre esprit devient clair comme du cristal. En incarnant celle que vous devez être pour avoir ce que vous voulez, vous vous alignez naturellement et les actions à poser pour atteindre vos résultats vous apparaissent de manière évidente. Pour ancrer le tout, je vous conseille d’ailleurs d’intégrer cette vision dans vos méditations quotidiennes (si elles existent 😅). Les plus spirituelles diront que c’est un souhait formulé à l’univers ou à un être supérieur, les plus pragmatiques que notre cerveau ne fait pas la différence entre l’imaginaire et le réel.

Cela peut sembler subtil au premier abord mais je pense que c’est la leçon la plus importante que j’ai apprise ces derniers mois.

Comme toujours, c’est simple mais pas facile car cela signifie que vous devez vous mettre à jour plus régulièrement qu’iOs en changeant toutes les histoires que vous vous racontez sur la vie et sur vous-même. Mais contrairement à ce que la croyance générale pourrait laisser penser : notre identité n’est pas figée dans le marbre. C’est vous et vous seule qui décrétez que « vous n’êtes pas du matin » ou que « vous êtes toujours en retard » ou encore que « vous êtes nulle avec les chiffres ».

En réalité, il s’agit d’un process dynamique, constamment en mouvement, dont vous avez le plein pouvoir: vos habitudes déterminent votre identité et votre identité détermine vos habitudes. Le fait d’agir comme si vous étiez déjà l’homme ou la femme de vos rêves vous apportera des “small wins” ⇒ ce qui viendra renforcer votre confiance et donc votre identité ⇒ et donc vous serez plus à même d’agir encore plus… Une boucle rétroactive vertueuse !

Chacune de vos actions est un vote pour le type de personne que vous souhaitez devenir. Donc à vous de décider à qui vous souhaitez donner votre voix pour trouver votre voie 🤓.

Let’s vote 📨 !

Aloïs