Cher.es vous,

J’avais envie de commencer cet article par un chiffre déculpabilisant : 80% de la population n’a pas de passion. 80%. Quand j’ai lu cette statistique dans les premières pages du livre Designing your life de Bill Burnett & Dave Evans, cela m’a retiré un poids énorme. Lorsque j’ai quitté le monde de l’entreprise pour me lancer à mon compte, j’ai reçu tout un paquet d’injonctions à la passion : « Follow your dreams », « Find your purpose »… Qu’ils me disaient (en anglais pour que ça sonne moins ridicule). Même si ces conseils étaient bienveillants – bien qu’angoissants, ils ne m’apportaient aucune réponse aux questions que je me posais, à savoir : comment fait-on lorsqu’on s’intéresse à beaucoup de sujets qui n’ont rien à voir les uns avec les autres ? Comment monétiser ses envies ? Ses compétences ? Et surtout que faire si on n’a plus envie de faire ce qu’on sait faire ?

Cette semaine, on va parler de l’importance de prototyper sa vie.

La vie comme une course d’orientation

Nous n’avons pas toutes la chance d’être animé.es par une passion dès notre plus tendre enfance. D’ailleurs, quand je regarde le parcours de ma petite soeur, je constate que nous sommes même loin d’être égales sur le sujet: Vanille a toujours su qu’elle voulait travailler dans l’enseignement et s’éclate littéralement dans son job depuis le premier jour. De mon côté, on était plutôt ambiance défilé incessant de prétendantes par le prince Henry à la recherche de Cendrillon puisque ça faisait bientôt 10 ans que je vagabondais de poste en poste sans trouver chaussure à mon pied.

C’est en regardant Koh Lanta que j’ai réalisé que la course d’orientation, épreuve mythique de cette émission, pouvait faire l’objet d’un parallèle assez parlant avec la quête d’une vie épanouissante.

Rappel du concept pour les non-initié.es: lâché.e en pleine nature, vous devez d’abord trouver un repère, qui vous permettra de trouver votre balise (indiquant un nombre de pas et un point cardinal), qui vous conduira in fine au fameux poignard, permettant de gagner l’épreuve. Trois poignards sont disséminés dans la jungle pour 5 participants.

Cette épreuve est finalement assez similaire à ce qu’on observe en matière d’orientation dans la vie réelle: certain.es, par chance, trouvent de suite le poignard sans même passer par les étapes intermédiaires (= ma soeur). Et il y a celles et ceux qui galèrent, qui se perdent dans la forêt, qui se prennent des branches dans la tête, qui désespèrent, qui regardent ce que font les autres et qui finissent par changer totalement de zone pour voir si ça serait pas mieux ailleurs (= moi)… A la nuance près que dans la vraie vie, il y a une multitude de poignards : le fait que votre voisine trouve son précieux n’amenuise pas les chances de trouver le vôtre.

Une boussole vaut mieux qu’un GPS

L’important n’est pas de connaître la destination finale – qui sera amenée à changer au gré de l’ouverture de votre champs des possibles grâce à vos expériences et vos rencontres – mais de savoir si on est dans la bonne direction, en harmonie avec nous-mêmes. Comment savoir ?

D’après nos designers américains, on peut dire que vous menez une vie cohérente lorsque :

  • ce que vous êtes
  • ce que vous croyez
  • ce que vous faîtes

sont relativement alignés. Alors je ne dis pas que tout doit être parfait tout le temps, mais si vous allez contre votre intégrité vous allez vite le sentir car cela va drainer toute votre énergie. Si vous êtes un.e fervent.e écologiste, a priori, vous ne serez jamais en extase de travailler pour Total, quelque soit le poste. Evidemment, cette illustration est exagérée mais je pense qu’en lisant simplement ces phrases, vous devinez intuitivement si vous être ‘cohérente’ ou non en ce moment.

Pour celles et ceux qui se sentiraient à côté de leurs pompes, il faut donc vous construire une boussole pour retrouver les bons rails. Pour ce faire, il y a plein de manières et d’exercices possibles, mais je vous suggère qu’on s’attarde sur celui qui est le plus puissant selon moi: le prototypage.

Incomplet et non définitif, donc pas de panique ! Concrètement, voici comment vous pouvez prototyper en deux méthodes :

  • Le prototype par l’action : encore et toujours, votre clarté et votre alignement ne viendront que par l’action et l’essai / erreur. Ne vous attendez pas à trouver la solution parfaite à votre premier essai, c’est peu probable. Le prototype n’est pas binaire (oui/non), son rôle est de vous fournir des informations, notamment si vous êtes sur la bonne route ou non. Par exemple, si vous avez envie de monter votre coffee shop, vous pourriez commencer par quelques heures d’extras en tant que serveuse pour connaître la réalité du terrain dans un lieu que vous adorez. Cet essai grandeur nature vous évitera de découvrir que vous êtes finalement bel et bien intolérante au café après quelques semaines d’ouverture 😝😘
  • Le prototype par la conversation : j’ai toujours voulu être journaliste car comme beaucoup, j’idéalisais ce métier. La question d’une reconversion après mes premières années malheureuses en finance s’est donc posée quand j’ai quitté ma première entreprise. Avant de m’inscrire, j’ai eu l’idée de me rendre directement sur le campus pour rencontrer les élèves et les intervenants pour poser des questions. Et heureusement puisque discuter avec plusieurs professionnels m’a fait connaître tous les à-côtés remplis de labeur et vides de glamour du métier. N’est pas Claire Chazal qui veut ! Je me suis finalement abstenue, car j’ai compris que ce n’était pas le métier lui-même qui m’intéressait mais l’écriture. Et vous n’êtes pas obligé.e d’être journaliste pour pouvoir écrire : la preuve, vous êtes en train de me lire en ce moment même 🙂

L’idée, c’est de tester, de se poser des questions et de s’imprégner des différentes possibilités. De goûter des bouchées apéritives avant de commander le plat entier. Et je voudrais insister sur un point : être plus aligné.e ne signifie pas forcément changer radicalement de vie en plaquant tout pour devenir maître.sse yoggi à Bali. Des fois, un simple ajustement suffit. Un changement de mission dans une boite dans laquelle vous vous sentez bien, un nouveau projet, pourquoi pas un nouveau lieu de vie. Si vous êtes radical.e dans le changement sans avoir étudié le pourquoi de votre désalignement, tout jeter ne vous rendra pas plus heureux.se, vous vous retrouverez dans la même situation quelques mois plus tard.

Reframe. Reframe. Reframe.

Quand on se sent “bloqué.e”, la solution apparaît souvent grâce à un changement de perspective. A moins d’être confronté.e à un problème de gravité, autrement dit sur lequel on n’a aucune emprise : dans ce cas, rien ne sert de s’obstiner, autant lâcher l’affaire de suite et changer d’objectif. Il ne vous viendrait jamais à l’esprit de vous plaindre de la gravité et de tenir des propos du genre « je n’en peux plus d’être constamment attiré.e par le sol ! Comment je pourrais m’en défaire ? » Non. Vous n’y pensez même pas, vous l’avez accepté et vous faîtes avec. Vous vous adaptez. Je vous suggère de faire la même chose si vous êtes en proie à un problème de nature similaire.

Cependant, il faut bien distinguer un problème de gravité (= non actionnable) à un problème d’ancrage (= actionnable mais vous vous entêtez sur une seule et unique mauvaise solution).

  • Votre obsession est de mesurer 1.75m alors que vous atteignez péniblement 1.55m. —> problème de gravité. La médecine esthétique a beaucoup progressé ces dernières années mais pas au point de vous faire gagner 30cm bien répartis (à ma connaissance, mais si tel était le cas, faites-moi signe !).
  • Votre rêve inavoué est de devenir un top model international avec votre mètre cinquante-cinq. Sauf que vous vous refusez de tenter quoique ce soit puisque vous êtes loin des canons de beauté exigés —> problème d’ancrage.

Face à un problème d’ancrage, le mieux est d’ouvrir ses chakras et de se laisser aller à de nouvelles options. Dans le cas présent : certes, le standard 90-60-90 est encore bien ancré dans l’industrie fashion mais quand on voit qu’Ellie Goldstein, atteinte de trisomie 21, a été choisie pour représenter Gucci Beauty, on se dit que les mentalités évoluent (doucement). Ainsi, rien ne vous empêche de vous tourner vers des jeunes créateurs moins tradis, et même d’ouvrir votre champ des possibles à la publicité, le cinéma, l’influence, les clips ou le mannequinat de détail si vous avez de jolies mains ou de belles oreilles.

Tant de possibilités s’offrent à vous !

Bill Burnet nous suggère d’ailleurs d’appliquer à nos choix de vie, deux philosophies propres au design:

  1. On choisit mieux lorsqu’on peut choisir parmi de nombreuses bonnes idées.
  2. On ne doit jamais opter pour la première solution, quelque soit notre problème.

En effet, nos cerveaux sont partisans du moindre effort et vont s’accrocher à la première idée qui nous vient pour classer rapidement notre problème du côté des affaires résolues. Or, il ne faut pas tomber amoureux.se de notre première idée car elle est souvent moyenne et peu créative.

Eteins le bruit

Des proches et des moins proches. Des réseaux sociaux. Du boulanger. De Laurent Delahousse. Nous sommes noyé.es sous une tonne d’informations et d’avis non sollicités de toutes parts. Je vous renvoie à cet article où j’expliquais que l’avis des autres, c’était la vie des autres.

Instagram m’a pris beaucoup de temps et d’énergie dernièrement, j’ai donc décidé de faire une pause. Ce n’est pas bon pour l’algorithme je sais, mais tant pis. J’avais besoin de me recentrer car ce réseau me draine beaucoup de temps de cerveau. Et quand je vois certaines débarquer dans les commentaires de mes posts pour vendre LEURS formations et autres produits, je me dis que l’Insta-game a ses limites… Surtout, comme tout le monde suit tout le monde et copie tout le monde, j’ai l’impression que cette plateforme uniformise nos manières de penser.

Bref. Tout ça pour dire que c’est bien de prendre du recul avec le contenu que l’on consomme. Et je me mets dans le lot, ne prenez pas pour argent comptant tout ce que je raconte ici. Si vous n’aviez qu’une seule phrase à retenir de tout cet article :

Let’s prototype !

Prenez soin de vous 💙

Aloïs