Cher.es vous,

J’aimerais commencer cet article en vous emmenant avec moi dans le passé, quelques années en arrière.

« Il est temps de vivre la vie que tu t’es imaginée. »

Lorsque j’ai reçu cette carte à message pour mes 26 ans, cela m’a fait l’objet d’une bombe.

J’ai tout de suite fait le rapprochement avec l’une des meilleures punchlines du rap français (féminisée pour le contexte) : « moi j’veux devenir celle que j’aurais dû être ».

Si ce message m’a tant parlé, c’est que cela faisait un moment que je me sentais à côté de mes pompes. Plus que ça même, j’avais la désagréable sensation d’être à côté de moi-même (oui, oui c’est possible !).

A l’époque, j’expérimentais pleinement ce qu’on pourrait appeler l’ironie de la situation : j’avais emprunté une somme conséquente pour intégrer une école de commerce, laquelle m’avait permis d’obtenir un job qui ne me plaisait pas mais que je gardais pour pouvoir payer mon prêt étudiant.

Ma vie était d’un non-sens déconcertant.

Je pense avoir atteint le point de non-retour le jour de mes 26 ans.

18h. Je viens de me garer chez l’une de mes meilleures amies, qui a la gentillesse de m’héberger quelques jours. Ma copine est enceinte, file le parfait amour avec son mari, est propriétaire d’une jolie maison avec jardin, en pleine ascension professionnelle dans un job qu’elle adore.

Ce n’est pas la même ambiance de mon côté :

J’ai réussi à caler la totalité de mes biens matériels dans ma Corsa blanche des années 90. Pour des raisons diverses et variées, je n’ai plus de job, plus de conjoint, plus d’appart et je suis en conflit avec la moitié de mon cercle proche (ami.es et famille confondus). Je sors d’un burn-out, je suis donc vidée, en plein questionnement existentiel.

Je me souviens être restée assise dans ma voiture quelques minutes, perdue dans mes pensées, à regarder ce joli pavillon.

« Clairement, on ne va pas tous au même rythme », ai-je pensé.

Puis, j’ai éclaté de rire toute seule. A priori, le meilleur était à venir.

Et j’avais raison.

Tu n’peux que gagner quand t’as plus rien à perdre (c’est bon, j’arrête 😎).

Je ne peux pas vraiment expliquer pourquoi mais c’est comme si j’avais décidé – à ce moment précis – qu’il était temps d’arrêter la chute et de rebondir à 180 degrés. L’autodérision était la première étape de ce nouveau départ : lorsque vous êtes en capacité de rire de vos propres mésaventures, vous savez que le plus dur est derrière vous.

Les mauvaises langues diront que la transformation a mis un peu plus de temps que prévu, ce que je concède volontiers et auquel j’ajouterai qu’elle est loin d’être finie. Le mode « Work In Progress » est un état normal, même souhaitable.

J’avais donc envie de faire une édition spéciale pour l’occasion en vous proposant 32 leçons de vie que j’ai pu apprendre, parfois malgré moi, ces dernières années :

1 – Même (et surtout) si elle est difficile, une conversation peut tout changer.

2 – L’avis des autres c’est la vie des autres.

3 – Ton intuition a toujours raison (à ne pas confondre cependant avec un désir ou une peur).

4 – Mieux on se connaît, plus on a confiance.

5 – Ce que tu nies te soumet, ce que tu acceptes te transforme.

6 – La réalité est subjective, la carte n’est pas le territoire.

7 – Plus tu repousses ou tu as peur de quelque chose, plus tu dois t’y confronter.

8 – L’héritage émotionnel transgénérationnel, ça existe vraiment.

9 – Le process est plus important que le résultat. Toujours.

10 – On a toujours une raison d’agir comme on agit.

11 – Aimer son corps, c’est la base.

12 – La spiritualité apaise les moeurs.

13 – On est heureux.se quand on se sent progresser, pas quand on glande.

14 – Il faut être, avant de faire, avant d’avoir.

15 – Mieux vaut avancer doucement dans la bonne direction, que de se précipiter dans la mauvaise.

16 – Dire non aux autres, c’est se dire oui à soi.

17 – L’hypersensibilité – quand tu sais la gérer – est une force.

18 – Notre environnement a un impact décisif dans notre vie.

19 – L’erreur est la condition même de l’apprentissage

20 – Nous ne sommes pas nos pensées. Notre mental n’est pas notre ami.

21 – On ne peut pas réussir en faisant les choses à moitié.

22 – C’est normal d’être naze quand on commence.

23 – A la fin, tout se passe toujours bien. Si ça ne se passe pas bien, ce n’est pas la fin.

24 – L’égalité des genres c’est bien, la paix des genres c’est mieux.

25 – Il y a toujours un passage dans l’ombre avant d’atteindre la lumière.

26 – Etre vulnérable est un acte ultime de courage.

27 – La gratitude est un super-pouvoir.

28 – Notre attention est précieuse. Mais nous n’en avons plus assez pour nous en rendre compte.

29 – Il n’est jamais trop tard pour changer et devenir celle ou celui qu’on veut être.

30 – La peur ne part jamais. Il faut donc apprendre à l’accepter et faire avec elle.

31 – Changer son dialogue intérieur impacte directement l’estime de soi.

32 – Notre vie n’est que le résultat de nos croyances.

La liste n’est ni ordonnée ni exhaustive et je continue de l’alimenter chaque jour !

N’hésitez pas à me faire un retour, je serai curieuse de savoir laquelle résonne le plus pour vous.

Let’s learn life 🙌

Aloïs